1 commentaire

Club de Lecture du 19 mars 2017

IMG_0929

En ce dimanche 19 mars 2017 quelque peu grisâtre, les Lectrices se sont réunies pour le presque club printanier (d’où le papillon) (qui n’a pas fait long feu) autour d’un bon repas (la Scribe écrit d’ailleurs son compte-rendu semi-allongée dans un canapé, elle se croit à l’époque romaine …).

IMG_0928

Après ce festin, les Lectrices ont parlé du roman de Daphné du Maurier « Le bouc émissaire ».

Les avis sont partagés, Hermine, qui n’était malheureusement pas parmi nous, a bien aimé ce roman mais elle a trouvé que la véritable action mettait du temps à démarrer, par contre elle a été happée par les  dernières pages.

Le fait que l’action mette du temps à prendre place a été souligné par d’autres Lectrices, toutes se sont d’ailleurs  accordées à dire que la fin était décevante.

Claire a pensé à Alfred Hitchcock au cours de sa lecture, pour elle le roman illustre d’ailleurs la maxime disant que l’herbe est plus verte ailleurs, et si elle a bien aimé cette lecture ainsi que les nombreux thèmes sous-jacents elle été particulièrement déçue par la fin en queue de poisson.

Marjolaine fut sans doute la Lectrice la plus enthousiaste, elle a trouvé le style fascinant et a particulièrement aimé le personnage de Marie-Noëlle, les yeux du château comme elle l’a dit.

Gwenaëlle a été déçue par cette relecture, éloignée du souvenir qu’elle gardait de ce roman, si elle reconnaît le style et l’ambiance propres à Daphné du Maurier elle s’est un peu ennuyée par le peu d’action entre le début et la fin. Elle a souligné que la temporalité de l’action sur une semaine était bien respectée et que les deux personnages de John et Jean, sosies physiquement mais parfaitement opposés de caractère étaient intéressants.

Quant à Magali, ce roman est pour elle une variation autour du mythe du prince et du pauvre. Elle a trouvé le style daté, pesant et sans finesse (peut-être cela est-ce dû à une mauvaise traduction), le récit trop long avec un problème de crédibilité (notamment le fait que John parle sans accent), elle a d’ailleurs été perdue avec tous les personnages. Jean est odieux et lâche tandis que John est pathétique avec son complexe du sauveur, la fin retombe comme un soufflé. Bref, Magali n’a pas aimé et dans le thème de l’identité elle conseille plutôt « Quelqu’un d’autre » de Tonino Benacquista.

C’est Claire qui a proposé 3 romans :

  • « Giboulées de soleil » de Lenka Horňáková-Civade
  • « Player one » d’Ernest Cline
  • « Le garçon incassable » de Florence Seyvos

Et c’est « Player one » qui a été choisi à la majorité (dont 2 Lectrices très enthousiastes).

player-one

Les Lectrices ont ensuite parlé de leurs coups de cœur/griffe du mois passé :

  • Magali : deux coups de cœur avec « Corky » de Joyce Carol Oates et « L’animal et son biographe » de Stéphanie Hochet
  • Marjolaine : trois coups de cœur avec « Le lys de Brooklyn » de Betty Smith, « L’opticien de Lampedusa » d’Emma-Jane Kirby et « Une vie de dragon » de Joanna Olech, et un coup de griffe (la Scribe a mal aux doigts à l’idée de devoir écrire le titre et l’auteur) avec « L’amie prodigieuse » d’Elena Ferrante
  • Claire : qui inaugure la rubrique mi-figue mi-raison avec « Wild » de Cheryl Strayed et « La vengeance des mères » de Jim Fergus
  • Gwenaëlle : 3 coups de cœurs avec « La route » de Cormac McCarthy, « Oh, boy ! » de Marie-Aude Murail et la pièce de théâtre « Ceux qui avaient choisi » de Charlotte Delbo.

Le prochain Club aura lieu le 23 avril, il s’agira d’un Club spécial car il sera aussi question d’attribuer le Prix des Lectrices 2016 et d’annoncer les livres en lice pour le Prix des Lectrices 2017.

2 Commentaires

Club de Lecture du 26 février 2017

img_0898

En ce dimanche 26 février 2017, où le soleil a fait acte de présence entre deux passages nuageux, les Lectrices se sont réunies pour parler de « Beignets de tomates vertes » et également pour manger (et le cake poire-chocolat que vous apercevez était vraiment très bon).

S’il n’y a pas eu de beignets de tomates vertes, dont la recette est fournie en fin d’ouvrage et que Magali a déjà testé sans en garder un très bon souvenir, la table fut bien alimentée, tout comme les discussions autour de ce roman de Fannie Flagg.

 

beignets-de-tomates-vertes

 

Les Lectrices se sont accordées pour dire que ce roman en apparence très léger  se révélait bien plus profond, il ne peut d’ailleurs ni se résumer à un « feel-good book »ni à un livre « greluche ».

Cette belle histoire qui s’étale sur près de cinquante ans fait parfois sourire, parfois rire, parfois monter les larmes aux yeux. Narrée sous forme de puzzle, les différentes narrations, dont la truculente gazette de Dot Weems,  constituent un tout.

Les Lectrices ont toutes été touchées par le côté pudique et subtil de la relation d’amour entre Idgie et Ruth, une relation homosexuelle qui, remise dans son contexte, aurait pu leur causer de gros problèmes. Rien n’est jamais dit explicitement, les Lectrices se sont toutes accordées à dire que pour elles, ces deux femmes s’aiment d’amour, que cela est donc bien plus profond qu’une amitié, aussi forte soit-elle.

Toutes les Lectrices ont donc beaucoup aimé cette lecture.

Toutes ?

Anelise a eu un avis un peu plus nuancé que les autres, si elle a aimé le partage de la narration en plusieurs parties ainsi que l’aspect cuisine et la relation entre Idgie et Ruth toute en subtilité, elle a trouvé le roman un peu long.

Marjolaine a beaucoup aimé que cette histoire parle de drame avec toujours avec un certain humour, ainsi que l’amitié entre Evelyn Couch et Ninny Threadgoode. Son épisode préféré reste celui où Evelyn se transforme en Towanda la justicière redresseuse des torts faits aux femmes.

Sandy a pour sa part souligné que l’auteur a su donner de la profondeur aux personnages, les rendant ainsi très attachants.

Hermine a eu un gros coup de cœur pour ce roman, le personnage de Ninny lui a particulièrement plu, avec son côté drôle et plein de malice.

Pour deux Lectrices, Magali et Gwenaëlle, il s’agissait d’une relecture. Le charme a de nouveau opéré, Magali a aimé cette peinture de l’Alabama, une région dont le passé est encore présent, ainsi que la polyphonie narrative qui délivre l’histoire dans son ensemble et le fait qu’il y a toujours un contrepoint au drame; quant à Gwenaëlle elle a apprécié cette narration qui se joue du temps en passant d’une époque à l’autre sans jamais perdre le lecteur ainsi que l’aspect très féministe de cette histoire qui met à l’honneur de très beaux personnages féminins.

Claire n’a malheureusement pas pu lire le livre mais elle a été poussée à le faire par toutes les autres Lectrices.

A noter que les Lectrices ayant vu le film l’ont également beaucoup aimé, Magali a aussi rapproché cette lecture de « La couleur pourpre » d’Alice Walker et « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur » de Harper Lee.

Il faut vous avouer que prendre des notes tout en dégustant les douceurs salées et sucrées faites par les unes et les autres ne fut pas évident.

Cela vous intéressera également de savoir que la Scribe (qui a tendance à parler d’elle à la troisième personne du singulier, comme Jules César) est repartie avec un stylo à pointe fine, cadeau de Magali qui « n’aime pas les pointes fines ». Par ailleurs, sans citer de nom il faut savoir qu’une Lectrice a annoncé avoir « kiffé » sa lecture.

Sinon, c’était au tour de Gwenaëlle de faire trois propositions de lecture pour le prochain Club. Mars étant le mois où il y a la journée de la femme et « Beignets de tomates vertes » ayant un côté féministe, elle a choisi de présenter trois romans de trois continents et de trois auteurs femmes :

  • « Mon Antonia » de Willa Cather
  • « Compartiment pour dames » d’Anita Nair
  • « Le bouc émissaire » de Daphné du Maurier

C’est le roman de Daphné du Maurier qui a remporté le plus de voix et sera donc la prochaine lecture du Club.

cvt_le-bouc-emissaire_1432

Puis, les Lectrices ont partagé leurs coups de cœur/de griffe du mois précédent :

  • Marjolaine : que des coups de cœur avec « Vous n’aurez pas ma haine » d’Antoine Leiris, « Des chauve-souris, des singes et des hommes » de Paule Constant, « Marina Bellezza » de Silvia Avallone
  • Claire : deux coups de cœur avec « La femme du gardien de zoo » de Diane Ackerman et « Dans la chaleur de l’été » de Vanessa Lafaye
  • Gwenaëlle : un gros coup de cœur pour « Station Eleven » d’Emily St John Mandel
  • Anelise : là aussi que des coups de cœur avec « La marelle » de Véronique Presle, « Ma vie de pingouin » de Katarina Mazetti, et « Les lauriers d’or » d’Erich Segal
  • Hermine : quatre coups de cœur avec « Par un matin d’automne » de Robert Goddard, « Le dernier des nôtres » d’Adelaïde de Clermont-Tonnerre, « Laëtitia » d’Ivan Jablonka, « Un tocard sur le toit du monde » de Nadir Dendoune et un coup de griffe pour « Chanson douce » de Leïla Slimani
  • Magali : un coup de griffe pour le film « La fille du train », un coup de cœur pour le film « Jackie » et un autre pour la série « The Man in the High Castle »
  • Sandy : coup de cœur pour « Toute de noir vécue » de Catherine Salvadori et un coup de griffe pour « Chanson douce » de Leïla Slimani

Le prochain Club aura lieu le 19 mars, sur ce il ne reste plus qu’à vous souhaiter un bon appétit et de belles lectures !

1 commentaire

Club de Lecture du 22 janvier 2017

img_0875

En ce dimanche 22 janvier de l’an de grâce 2017, les Lectrices se sont retrouvées pour fêter Noël, se souhaiter (et vous souhaiter) une Bonne année 2017, et pour parler littérature autour de « Shirley » de Charlotte Brontë.

9780141439860fs

Pour l’anecdote, il faut savoir qu’au moment de la parution de ce roman, le prénom Shirley était masculin, or Charlotte Brontë l’ayant attribué à une femme il est depuis devenu féminin.

Les Lectrices ont été unanimes sur au moins un point : ce roman est long, met du temps à démarrer, si bien que certaines ne l’avaient pas encore fini tandis que d’autres ont eu un peu de mal à en venir à bout. L’autre point d’accord est que ce roman n’a ni la beauté ni la puissance de « Jane Eyre » du même auteur.

Claire s’est beaucoup ennuyée, le côté gothique de « Jane Eyre » lui a manqué, si elle a trouvé le personnage de Shirley moderne elle a été gênée par celui de Louis et a trouvé que cela manquait d’une sorte de profondeur psychologique.

Marjolaine, quant à elle, a trouvé le personnage de Caroline, jeune femme dont la seule occupation est d’attendre l’amour, complètement cliché. Elle a précisé qu’une version filmée lui plairait peut-être plus.

Contrairement à Magali et Gwenaëlle qui, une fois les cent à cent cinquante premières pages passées ont pris plaisir à l’ambiance décrite ainsi qu’aux personnages savamment amenés par l’auteur au fur et à mesure de l’intrigue. Ainsi, Shirley n’apparaît qu’après le premier tiers du roman, tandis qu’il faut attendre les cent dernières pages pour voir celui de Louis, les personnages principaux comme secondaires ont donc toute leur place.

Magali a particulièrement aimé ce roman pour le croisement qu’il représente entre les romans sociaux d’Elizabeth Gaskell et le cynisme de Charlotte Brontë.

Gwenaëlle a pour sa part qualifié le livre de belle peinture des mœurs sociales et du début du féminisme au 19ème siècle.

Car si « Shirley » n’a « ni la force de « Jane Eyre » ou de « Rebecca » » comme l’a dit Emilie, il n’en demeure pas moins qu’on y retrouve tous les thèmes chers et centraux de l’oeuvre de son auteur : le rôle et la place des femmes dans la société de cette époque et le plaidoyer pour les éduquer.

Emilie n’avait pas encore achevé sa lecture mais elle aime ce type de roman d’ambiance écrit avec la psychologie et les techniques romanesques du 19ème siècle, un style désuet mais charmant.

Il faut noter également que quelques Lectrices ont été prises d’un fou rire lors de cette lecture avec un passage digne d’une célèbre réplique de cinéma devenant cette fois-ci : « Caroline, je suis ta mère ».

C’était au tour de Marjolaine de proposer  trois livres pour le prochain Club :

  • « Beignets de tomates vertes » de Fannie Flagg
  • « Les suprêmes » d’Edward Kelsey Moore
  • « Les cloportes » de Jules Renard

Au prochain Club, les Lectrices parleront donc livre mais aussi cuisine puisque c’est « Beignets de tomates vertes » qui a été retenu.

beignets-de-tomates-vertes

Les Lectrices ont également partagé leurs coups de cœur/de griffe :

  • Magali : quatre coups de cœurs littéraires avec « Martin Eden » de Jack London, « Le goût du bonheur » de Marie Laberge, « A l’orée du verger » de Tracy Chevalier, « Les âmes et les enfants d’abord » d’Isabelle Desesquelles;
  • Claire : deux coups de cœur très différents avec le fantastique « A la croisée des mondes » de Philip Pullman et le Goncourt 2013 narrant une vaste escroquerie au lendemain de la Première Guerre Mondiale « Au revoir là-haut » de Pierre Lemaître;
  • Marjolaine : que des coups de cœur là aussi avec « Une vie entre deux océans » de Margot Stedman, « La vengeance des mères » de Jim Fergus, un roman jeunesse « Amandine Malabul, sorcière maladroite » de Jill Murphy et pour finir un manga « Arte » de Kei Ohkubo;
  • Emilie : un coup de cœur littéraire avec « Ecoutez nos défaites » de Laurent Gaudé;
  • Gwen : la lecture de Shirley l’ayant bien occupée elle a commencé à relire la saga « Harry Potter » de J. K. Rowling, en Français cette fois-ci et toujours avec plaisir, et a partagé deux coups de cœur cinéma : « Premier contact » de Denis Villeneuve et « Manchester by the sea » de Kenneth Lonergan.

Le prochain Club aura lieu le 26 février à 14 heures, dans un lieu restant à déterminer.

 

6 Commentaires

Club de Lecture du 20 novembre 2016

img_0833

En ce dimanche 20 novembre, les Lectrices se sont retrouvées au café littéraire ZA.

Tout d’abord, un événement important était à fêter.

*les lumières s’éteignent, un gâteau arrive avec une bougie scintillante et une voix entonne : « Happy bithday to you, Happy birthday to you Club des Lectrices, Happy birthday to you ! »*

hp

Et oui ! Le Club s’est réuni pour la première fois en novembre 2010, le Club des Lectrices a donc 6 ans !

Un joyeux anniversaire à ce Club qui nous permet de partager et d’échanger autour de la littérature (et autres) et « où tout est – toujours – réuni pour passer un bon moment ».

Le Club a aussi accueilli une invitée en la personne de Maud, une étudiante en Master II Edition dont le mémoire de fin d’année porte sur les clubs de lecture, qu’ils soient virtuels ou réels.

Enfin, les Lectrices ont échangé sur le livre « Dans la lumière » de Barbara Kingsolver.

Dans la lumiere.indd

Il ressort que les Lectrices présentes n’ont été que moyennement enthousiasmées par cette lecture, quelques-unes ne l’avaient pas finie, d’autres l’ont abandonnée. Les Lectrices présentes, Emilie, Marjolaine, Anelise, Hermine et Gwenaëlle, ont toutes dit avoir eu beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire, quant à Marjolaine elle a même arrêté sa lecture car elle est restée bloquée sur le prénom de l’héroïne et a dit avoir du mal avec les romans d’ambiance même si c’est bien écrit, ce qui est ici le cas (et tant qu’on est à « balancer », Emilie et Gwenaëlle n’ont pas encore fini le livre tandis qu’Hermine l’a fini sur le fil juste avant d’arriver). Parmi les points rendant difficiles cette entrée en matière, Anelise a souligné le côté communauté religieuse très pesant, Hermine et Gwenaëlle attendaient pour leur part qu’il se passe enfin quelque chose, Gwenaëlle ayant qualifié ce livre d’un peu trop bavard.

Les Lectrices ont toutes apprécié le personnage de Dellarobia pour sa façon de voir les choses, son humour caustique, et la belle amitié qui la lie à Dovey, ce qui lui permet de surmonter les moments difficiles. Certaines Lectrices, à l’image d’Anelise, ont apprécié le retournement de situation dans la relation entre Dellarobia et sa belle-mère. Magali, malheureusement non présente physiquement mais qui avait pris soin d’envoyer un hibou à la Scribe afin que celle-ci la représente (la Scribe n’a pas eu le temps de s’entraîner pour une parfaite imitation de Magali néanmoins), quant à elle, a qualifié Dellarobia d’héroïne flamboyante s’inscrivant parfaitement dans le paysage des Appalaches et au milieu des papillons monarques.

Globalement, les Lectrices ont appris des choses sur les papillons (ce n’était pourtant pas le but premier de ce livre), mais étaient surtout d’accord pour dire que les papillons en venant bouleverser la vie de Dellarobia lui permettaient justement de se sortir de sa vie de mère au foyer et de porter un autre regard sur le monde, « Merci les papillons » comme l’a si bien dit Anelise. Magali a pour sa part un avis beaucoup plus enthousiaste que les Lectrices présentes et a été séduite par ce livre, particulièrement par la grande beauté des Appalaches et de la nature en général, d’autant plus belle qu’elle semble déboussolée avec ses papillons déréglés.

Quelques Lectrices, Hermine et Gwenaëlle, sont partagées l’aspect écologique du livre et les parties concernant le dérèglement climatique. Hermine aurait aimé que les discussions sur ce sujet soient plus présentes, quant à Gwenaëlle soit il y en a trop soit pas assez, pour elle cet aspect n’a pas été pleinement utilisé.

Enfin, Gwenaëlle et Magali ont reconnu qu’il y avait un gros travail de traduction qui était fait.

Les Lectrices sont à peu près satisfaites de cette lecture même si ce n’est pas un coup de cœur, sauf Magali qui a relu ce roman avec grand plaisir.

Avant de clore le sujet sur le roman de Barbara Kingsolver, voici à quoi ressemble un papillon monarque :

Monarch Butterfly (Danaus plexippus). Monarch Butterflies cluste

C’était au tour de Magali de proposer trois livres pour le prochain Club :

  • « Shirley » de Charlotte Brontë
  • « Martin Eden » de Jack London
  •  » La septième fonction du langage » de Laurent Binet

Après un premier vote où « Shirley » est arrivé ex-aequo avec « Martin Eden » les Lectrices ont procédé à un deuxième tour et le gagnant est …

9780141439860fs

Les Lectrices ont enfin partagé leur coup de cœur/coup de griffe :

  • Anelise : que des coups de cœur avec « Mirage » de Douglas Kennedy, « Les débutantes » de J. Courtney Sullivan
  • Marjolaine : uniquement des coups de cœur avec «  »Un fils en or » de Shilpi Somaya Gowda, « 14 juillet » d’Eric Vuillard, « La terre promise » de Jul et Achdé, « S’enfuir » de Guy Delisles
  • Hermine : là encore que des coups de cœur avec « Le mystère Henry Pick » de David Foenkinos, « Envoyée spéciale » de Jean Echenoz et « Les apparences » de Gillian Flynn
  • Emilie : un coup de cœur avec « La fille du train » de Paula Hawkins » et un coup de griffe pour le film « Réparer les vivants » de Katell Quillévéré
  • Magali : deux coups de cœur littéraires avec « Le bureau des jardins et des étangs » de Didier Decoin et « Repose-toi sur moi » de Serge Joncour, un coup de cœur cinématographique pour « Willy 1er » de Ludovic et Zoran Boukherma
  • Gwenaëlle : trois coups de cœur littéraires avec « Un paquebot dans les arbres » de Valentine Goby, « Brooklyn » de Colm Tóibín et « Sykes » de Pierre Dubois et Dimitri Armand, côté cinéma coup de cœur pour « Moi, Daniel Blake » de Ken Loach et « Les animaux fantastiques »de David Yates

Les Lectrices fêteront Noël en janvier à une date et dans un lieu encore à déterminer.

3 Commentaires

Club de Lecture du 23 octobre 2016

IMG_0824.JPG

En ce dimanche 23 octobre 2016, qui a commencé sous le soleil pour finir sous la pluie, les Lectrices se sont réunies pour parler d’écrivain (somme toute une discussion plutôt normale pour un Club de Lecture), d’ours, de miel et de confiture.

Et oui, aujourd’hui les Lectrices parlaient de « L’ours est un écrivain comme les autres » de William Kotzwinkle.

J’ai d’ailleurs hésité à écrire ce compte-rendu sous forme de grognements, mais pas sûre que tout le monde aurait compris. D’ailleurs, j’aurai pu ne pas l’écrire, après tout c’est la saison pour hiberner.

Quoi qu’il en soit, mesdames et messieurs, l’ours écrit, en tout cas l’ours sait piquer un roman traînant sous un arbre dans une sacoche, et c’est tout sauf une bête de foire, qu’on se le dise !

1507-1

Ce livre a fait consensus pour les Lectrices, elles ont toutes beaucoup aimé sa légèreté, son côté plaisant, loufoque et divertissant.

Hermine a tout simplement trouvé le personnage de l’ours magique, quant au pauvre écrivain se faisant dépouillé de son roman il a suscité la pitié des Lectrices.

Quelques-unes comme Magali, Emilie ou Gwenaëlle ont commencé à être saturées par tous les quiproquos mais toutes les Lectrices se sont accordées à dire que l’auteur avait bien su gérer son récit et que la fin était réussie.

Claire a qualifié ce récit d’osé et d’audacieux, toutes les Lectrices ont apprécié son côté caustique et le coup de griffe qu’il donne sur le secteur éditorial.

Les Lectrices se sont accordées pour qualifier cette lecture de sympathique, d’autant qu’il n’est pas facile de faire rire dans la littérature et d’arriver à maintenir un humour du début à la fin.

C’était au tour d’Emilie de proposer 3 livres :

  • « Océan mer » d’Alessandro Barrico
  • « Dans la lumière » de Barbara Kingsolver
  • « Postville 1280 habitants » de Jim Thompson

A l’unanimité c’est le livre de Barbara Kingsolver qui a été retenu pour le prochain Club.

Dans la lumiere.indd

 

Puis, les Lectrices ont partagé leurs coups de coeur/de griffe :

  • Magali : deux coups de cœur avec « Harry Potter et l’enfant maudit » de J. K. Rowling et « L’heure de plomb » de Bruce Holbert
  • Marjolaine : deux coups de cœur avec « Mousseline la sérieuse » de Sylvie Yvert et « Les règles d’usage » de Joyce Maynard, et un coup de griffe pour « Dieu n’habite pas la Havane » de Yasmina Khadra
  • Claire : « La fille de train » de Paula Hawkins, une lecture plaisante
  • Emilie : coups de cœur pour « Vie et destin » de Vassili Grossman et « En attendant Bojangles » d’Olivier Bourdeault
  • Hermine : coup de cœur pour une lecture sonore « La femme de nos vies » de Didier Van Cauwelaert
  • Gwenaëlle : deux coups de coeur pour « HHhH » de Laurent Binet et la bande dessinée « Ella Mahé » de Maryse et Jean-François Charles, une lecture plaisante et marquante avec « Chanson douce » de Leïla Slimani

 

Avant de se quitter, je me dois de partager l’acronyme du jour, signé par Marjolaine : DJ ne signifie pas Disc Jockey mais Doux Jésus. Vous ne verrez plus la musique comme avant … .

Le prochain Club de Lecture aura lieu le dimanche 20 novembre 2016.

1 commentaire

Club de Lecture du 18 septembre 2016

img_0731

Ce dimanche 18 septembre marquait la rentrée des Lectrices autour de la lecture de l’été (et de douceurs sucrées) : « L’île sous la mer » d’Isabel Allende.

1507-11

Contrairement à la fois précédente, les Lectrices étaient satisfaites de cette lecture (Isabel Allende peut donc reprendre son souffle, elle ne s’est pas faite descendre en flèche comme feu Jim  Harrison).

A l’exception de Hermine dont c’était la première lecture d’une oeuvre d’Isabel Allende, toutes les Lectrices présentes avaient au moins lu une fois cette auteur (citons pèle-mêle « La maison aux esprits », « Fille de destin », « Portrait Sépia »), et gardaient toutes un bon souvenir de leurs lectures.

Les Lectrices se sont accordées pour dire que, hormis quelques longueurs (« Longueur et lourdeur, ce n’est pas la même chose » dixit Anelise), elles avaient beaucoup aimé l’histoire, les personnages dans l’ensemble et plus particulièrement celui de Zarité dite Tété (« Les femmes étaient plus intéressantes que les hommes » dixit Marjolaine), ainsi que le contexte historique dans lequel s’inscrit le récit.

Les Lectrices ont donc apprécié cette fresque historique et familiale, elles ont été marquées par la rigueur historique de l’ensemble et ont découvert la hiérarchie qui existait dans l’esclavage, à l’exception de Hermine pour qui ce ne fut pas une découverte mais qui aime cette période de l’esclavage car son mémoire portait sur ce thème. Hermine a bien résumé le sentiment des Lectrices en trouvant « la petite histoire dans la grande très belle ». Gwenaëlle a également ajouté que ce roman présentait différentes définitions (et perceptions) du mot « liberté », que ce soit entre les personnages par rapport à l’esclavage ou la liberté d’aimer, et que dans tous les cas les chemins pour l’atteindre étaient semés d’embûches.

Quant aux personnages, plusieurs Lectrices se sont accordées pour dire qu’il y en avait beaucoup mais Zarité a remporté un vif succès car comme l’a dit Claire elle a tout un monde dans lequel il faut pénétrer mais une fois que c’est fait c’est un très beau portrait de femme. Emilie a un peu temporisé le propos, elle a trouvé qu’il y en avait beaucoup et que cela permettait de tout voir mais d’un autre côté on ne rentre pas dans la tête de chacun.

Hermine a été vraiment ravie et a trouvé ce roman magnifique, en tout cas jusqu’à la page 575 (i.e. la demoiselle n’a pas fini de le lire), quant aux autres Lectrices, elles se sont accordées pour qualifier le roman de didactique et accessible, soulignant le beau rendu d’ambiance et que cela ferait une bonne adaptation cinématographique ou télévisuelle.

Magali a néanmoins un peu nuancé cette bonne impression en disant qu’elle avait trouvé le bouquin plaisant mais pas fabuleux. Elle a beaucoup lu Isabel Allende adolescente et l’effet s’est aujourd’hui amoindri. Pour elle ce fut un roman d’aventure honnête mais pas un coup de cœur.

Après cet échange nourri autour de « L’île sous la mer », c’est Hermine qui a proposé 3 livres pour le prochain Club :

  • « L’ours est un écrivain comme les autres » de William Kotzwinkle
  • « Des gens très bien » d’Alexandre Jardin
  • « Tours et détours de la vilaine fille » de Mario Vargas Llosa

C’est l’ours (pas de Berlin) de William Kotzwinkle qui a remporté le plus de voix, c’est donc ce livre qui sera lu pour le prochain Club (la scribe ajoutera juste que le livre qui a provoqué le plus de commentaires fut celui de Mario Vargas Llosa, mais elle dit cela elle ne dit rien …).

1507-1

Puis les Lectrices ont évoqué leurs coups de cœur de l’été :

  • Marjolaine : « L’ange de Whitechapel » de Jennifer Donnelly et « Le papillon de Siam » de Maxence Fermine
  • Claire : « Harry Potter and the cursed child » de Jack Thorne et « Matilda » de Roald Dahl
  • Anelise : « Le secret d’Edwin Stratford » de Robert Goddard
  • Magali : « A l’est d’Eden » de John Steinbeck et « Quelques-uns des cent regrets » de Philippe Claudel
  • Emilie : « Novecento » d’Alessandro Barrico et « La maître et Marguerite » de Mikhail Boulgakov
  • Hermine : « Le journal d’un vampire en pyjama » de Mathias Malzieu, « L’amie prodigieuse » d’Elena Ferrante et « La bibliothèque des cœurs cabossés » de Katarina Bivald
  • Gwenaëlle : « L’amie prodigieuse » et « Le nouveau nom » d’Elena Ferrante, « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur » de Harper Lee et « Le facteur sonne toujours deux fois » de James M. Cain

 

Le prochain Club se réunirait le 23 octobre mais la date est encore à confirmer.

A bientôt pour de nouvelles aventures livresques !

 

Poster un commentaire

Club de Lecture du 19 juin 2016

IMG_0549

C’est en ce dimanche mi-figue mi-raisin que les Lectrices se sont réunies, en petit comité, pour parler de « Péchés capitaux » de Jim Harrison.

1507-1

Inutile de tourner autour du pot, les trois Lectrices présentes : Anelise, Magali et Gwenaëlle, ainsi que certaines absentes comme Claire, n’ont pas aimé ce livre. Mais alors pas du tout.

Anelise a lu les cinquante premières pages avant d’arrêter, Magali et Gwenaëlle sont allées jusqu’au bout parce qu’elles avaient voté pour ce livre, mais ce ne fut pas une lecture plaisante.

Ce livre les a mis toutes les trois mal à l’aise, elles n’ont aimé ni l’histoire, ni le personnage, ni l’ambiance. Leur non-amour du personnage de Sunderson tient au fait que celui-ci non seulement ne cesse de se taper des petites jeunes mais en plus il couche avec sa fille adoptive. Outre l’inceste il y a également beaucoup de violence dans ce roman. Magali n’a pas compris la motivation du personnage, elle ne peut pas ressentir de la compassion pour un tel personnage, un sentiment partagé par toutes.

Pour Magali ce personnage n’a aucune volonté profonde de sortir de ses vices, comme elle l’a si bien dit pour résumer le tout : « c’est relou ».

Quant à Gwenaëlle, elle ne s’attendait pas du tout à ce style, ayant lu et beaucoup aimé « Légendes d’automne ». Pour elle non seulement le personnage est détestable mais il n’y  a pas de suspens, la fin tourne en jus de boudin et elle a remarqué, comme Magali, qu’il y avait un problème de temps avec les ellipses. La question se pose aussi de savoir si ce roman a été traduit correctement car le style laisse à désirer.

En somme, ce livre s’est fait dézinguer en bonne et due forme.

C’est Anelise qui a proposé 3 livres pour la prochaine séance :

  • « L’île sous la mer » d’Isabel Allende
  • « La maison du bout du monde » de Michael Cunningham
  • « L’intérêt de l’enfant » de Ian McEwan

Le choix fut vite fait, la prochaine lecture sera donc « L’île sous la mer » d’Isabel Allende.

1507-11

Voici enfin les coups de cœur (pas de coup(s) de griffe ce mois-ci) des Lectrices :

  • Magali : « Misery » de Stephen King, « Les putes voilées n’iront jamais au paradis ! » de Chahdortt Djavann, « Le grand marin » de Catherine Poulain, en série « 22/11/63 » adaptée du roman de Stephen King et lu par les Lectrices
  • Anelise : « L’amant japonais » d’Isabel Allende, « Une gourmandise » de Muriel Barbery
  • Gwenaëlle : « Carol » de Patricia Highsmith, « La route étroite vers le nord lointain » de Richard Flanagan, « Être sans destin » d’Imre Kertész, un OVNI littéraire avec « Envoyée spéciale » de Jean Echenoz
  • Claire : « Audrey retrouvée » de Sophie Kinsella (littérature jeunesse), « Avant toi » de Jojo Moyes
  • Marjolaine : « Le ciel nous appartient » de Katherin Rundell, « L’arbre qui donna le bois dont on fit Pinocchio » de Jean-Marie Gourio

Pour l’instant la prochaine date du Club serait le 18 septembre, mais celle-ci est encore à confirmer.