Poster un commentaire

Rentrée littéraire 2019 : quelques livres audio

Dans ma sélection spéciale Rentrée littéraire2019  il y avait  4 romans disponibles en livre audio (Merci Audible ) , écrits par 4 femmes…
Amélie Nothomb, Karine Tuil, Nathacha Appanah, Violaine Huisman.

Voici ce que j’en ai pensé de :

Soif, d’Amélie Nothomb (21 août)
Rose désert, de Violaine Huisman (22 août)
Les choses humaines, de Karine Tuil (22 août)
Le ciel par-dessus le toit, de Nathacha Appanah (22 août)

 

Note  07 09 2019 :

J’ai terminé « Le ciel par-dessus le toit », « Soif » et « Rose désert » – ce sont des romans plutôt courts … et j’ai aimé les trois.

(J’éditerai ce billet avec mon retour sur le roman de Karine Tuil.)

SOIF – Amélie Nothomb

Description

« Pour éprouver la soif, il faut être vivant. » Amélie Nothomb

« On n’apprend des vérités si fortes qu’en ayant soif, qu’en éprouvant l’amour et en mourant : trois activités qui nécessitent un corps. » Avec sa plume inimitable, Amélie Nothomb donne voix et corps à Jésus Christ, quelques heures avant la crucifixion. Elle nous fait rencontrer un Christ ô combien humain et incarné, qui monte avec résignation au sommet du Golgotha. Aucun défi littéraire n’arrête l’imagination puissante et fulgurante d’Amélie Nothomb, qui livre ici un de ses textes les plus intimes.

©2019 Éditions Albin Michel (P)2019 Audiolib

J’ai laissé passé quelques jours après dégustation de Soif, (il faut laisser décanter certains romans ). Ce n’est donc pas un avis à chaud que je vous livre…   Amélie Nothomb  nous raconte la vie de Jésus  à sa façon. Revisiter la vie du Messie, ce n’est pas une idée nouvelle, mais c’était assez inattendu de la part d’Amélie Nothomb . En tout cas, moi, j’ai été suprise par ce choix de sujet

Soif est un roman spirituel, tragique et hédoniste  Amélie Nothomb sait si bien décrire le plaisir de boire de l’eau – le texte est à la limite de la potomanie.

L’autrice sait aussi bien exprimer les souffrances de la soif… Le Christ décidant en effet de ne pas boire la veille de son supplice pour la douleur de la soif  atténue en quelque sorte les autres souffrances….

Soif est est un bon cru, le style est à la fois limpide et recherché mais ce n’est pas mon Nothomb préféré.  Mon favori reste « Stupeurs et tremblements » même si j’ai beaucoup apprécié Frappe -toi le cœur et Métaphysique des tubes.

Le format audio sied à merveille aux livres d’Amélie Nothomb – j’en ai écouté plusieurs  dont Frappe-toi le cœur.
Grégori Baquet ( la voix de Jésus ) est parfait dans ce long monologue. Sa lecture est fluide, sa diction précise…  C’est une belle performance.

 

ROSE DESERT – Violaine Huisman

Description

« C’est pas dangereux par là-bas ? À ton avis, bibi ? Je n’étais pas vraiment au courant du conflit au Sahara occidental avant de traverser la région en autocar. L’ampleur des problèmes de terrorisme dans cette zone du pays n’est pas non plus notoire, si? Il abaisse ses lunettes fumées avec une emphase théâtrale, et je remarque tout à coup ses yeux bleu-vert, lesquels, entre ses pattes-d’oie, sa peau burinée et sa barbe de trois jours, ressemblent aux lagunes de Dakhla. Géraldine, tu vas devoir m’expliquer ce que tu fous ici. »

Suite à un immense chagrin d’amour à l’approche de la trentaine, Violaine décide de traverser le désert, du Maroc au Sénégal. À partir de ce périple improbable, s’esquisse une réflexion sur l’emprise et la perte. En revisitant ses rapports aux hommes depuis l’adolescence, elle aborde avec une sincérité rarement égalée les tabous de l’éveil à l’amour et à la sexualité. L’écriture si particulière de Violaine Huisman, à la fois poétique et abrupte, s’impose sur ce sujet intime dans toute sa vitalité.

©2019 Editions Gallimard (P)2019 Editions Gallimard

« Fugitive parce que reine du rose désert »

Autobiographie (et biographie ) âpre, sensible, sans complaisance … Violaine Huisman raconte sa jeunesse et sa vie de jeune adulte à travers un voyage risqué en Afrique et une expatriation à New York. Pas de rose bonbon dans cette histoire , mais des descriptions chaudes d’une passion toxique,  des expériences parfois « borderline » des souvenirs douloureux d’une mère malade, fantasque, et d’une famille que l’on pourrait qualifier de « dysfonctionnelle » … VIolaine Huismains, sans auto complaisance, nous raconte son passé, sans omettre les expériences douloureuses. Et à la fin de cette traversée du désert de sa jeunesse, arrivent la maturité, l’apaisement (relatif) et la sagesse.  On apprend aussi des choses sur la Mauritanie et le Sénégal, et on se remémore les années 90/ 2000,  grâce à ce livre .

Je découvre cette autrice et j’ai aimé ce texte.

 

La lectrice,  Rachel Arditi, y est pour beaucoup dans mon appréciation. Elle vit visiblement le texte, tour à tour, écorchée vive, ironique, désespérée…  C’est un texte qui n’a pas dû être facile à dire/lire… Chapeau bas, donc !

 

LE CIEL PAR-DESSUS LE TOIT – Nathacha Appanah

« Sa mère et sa sœur savent que Loup dort en prison, même si le mot juste c’est maison d’arrêt mais qu’est-ce que ça peut faire les mots justes quand il y a des barreaux aux fenêtres, une porte en métal avec œilleton et toutes ces choses qui ne se trouvent qu’entre les murs. Elles imaginent ce que c’est que de dormir en taule à dix-sept ans mais personne, vraiment, ne peut imaginer les soirs dans ces endroits-là. »

©2019 Editions Gallimard (P)2019 Editions Gallimard

Le titre vient d’un poème de Verlaine. Le ciel par-dessus le toit est en lice pour le Renaudot et pour le Goncourt.

Il s’agit du récit d’une histoire de famille « dysfonctionnelle » ( je n’ai pas trouvé d’autre terme, même si je n’aime pas ce adjectif ). Même si ce sujet est un thème rebattu, Natacha Appanah- une écrivaine que je découvre alors qu’elle a déjà écrit dix romans –  introduit de la singularité dans le récit avec ses personnages complexes. Le texte parle aussi d’enfermement ( carcan familial, incarcération….),  d’émancipation, de marginalité…

C’est à la fois original, fort et doux. Simple, parfois banal, et parfois l’inverse. Cruel mais optimiste. La fin est abrupte et un peu trop ouverte à mon goût . J’ai néanmoins apprécié  la  concision de ce roman. Je  pense que « Le ciel … »  fera parler de lui et comprend qu’il soit en lice pour de grands prix littéraires.

Suliane Brahim de la Comédie Française possède une voix douce et agréable, mais  j’ai  trouvé son interprétation un peu lisse. (C’était peur-être voulu.)

# A noter : Le ciel par dessus le toit , les choses humaines et Soif sont en pré-sélection pour le Goncourt !

Publicités

À propos de Claire (legenoudeclaire)

Présente sur le web depuis une bonne dizaine d'années. "Geekette", selon certains. Blogueuse, c'est certain ! Lectrice compulsive (de blogs, de livres, de paquets de céréales...) depuis que je sais lire ! Cinéphile, et critique de ciné au sens où François Truffaut l'entendait. Sinophile (et non «cynophile »!). Ex-expatriée en Ecosse, et en Chine, car piquée par le virus des voyages. J'aime apprendre quelques mots de chaque pays visité (normal quand on a fait des études de langues ! )

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :