Poster un commentaire

Club de lecture du 03 juin 2018

thumbnail (2)

En ce dimanche ensoleillé, les Lectrices se sont réunies pour parler de « Beauté fatale » de Mona Chollet, et auparavant chanter « Y’a une pie dans l’poirier ».

Donc ce compte-rendu commencera par de la musique (inutile de nous remercier si vous avez l’air dans la tête pour le restant de la journée. Ou de la semaine. Voire même du mois) :

Maintenant le Club peut reprendre une activité normale (ou presque) : « Y’a un livre à parler, j’entends les pages m’appeler ».

beaute-fatale

Carton plein pour « Beauté fatale » de Mona Chollet, toutes les Lectrices ont aimé cette lecture, qui a entraîné des débats passionnés sur la question du féminisme et de la place de la femme dans la société, en repartant des cas traités par l’auteur.

Pour toutes les Lectrices cette lecture a été un réel plaisir et une découverte, dans le sens où toutes n’ont pas pour habitude de lire des essais, un style qui ici passe très bien et ne se ressent pas à la lecture.

C’était la proposition de lecture de Gwenaëlle, elle a beaucoup aimé cet essai ainsi que le regard posé sur les femmes et la justesse de l’analyse que l’auteur en fait, notamment au travers des exemples avec des séries comme « Mad Men » ou « Gossip Girl », ou de situations vécues dans le monde du travail. C’est écrit avec du style, la lecture est très intéressante et fait réfléchir.

Sandy a eu du mal à rentrer dans le texte au début, elle croyait « naïvement » que les femmes égaient libres aujourd’hui en France et n’avait pas le regard sur la presse féminine. Elle est très rapidement rentrée dans le livre et a dévoré la suite. Au cours de sa lecture elle a réfléchi, elle a aimé l’humour sarcastique du livre, le style très fluide, ainsi que l’ensemble des propos développés.

Claire a relevé que l’on était toutes influencées par les médias et d’une façon générale par la pression de la société à un moment ou à un autre. Le passage sur le festival de Cannes l’a notamment marquée. Elle a apprécié cet essai émaillé d’exemples mais où l’auteur donne aussi son avis, avec un ton cynique qui lui permet d’aller très loin.

Cet essai a aussi plu à Sara, particulièrement le côté cynique. Mona Chollet y parle de choses évidentes mais aussi d’autres plus spécifiques auxquelles on ne pensait pas forcément. Ce fut une belle découverte passionnante pour elle.

Enfin Marjolaine qui lit peu d’essais a également bien aimé celui-ci. Comme les autres Lectrices elle n’a jamais eu cette culture-là (magazine féminin, petite fille que l’on conditionne déjà à être une femme etc.), mais elle a trouvé qu’il y avait beaucoup à dire sur ce texte.

Les mots de la fin de cet échange sont également ceux concluant cet essai : « Non, décidément, « il n’y a pas de mal à vouloir être belle ». Mais il serait peut-être temps de reconnaître qu’il n’y a aucun mal non plus à vouloir être. ».

C’était au tour de Sara de proposer 3 « pavés » pour l’été :

  • « Salomon Gursky » de Mordecai Richler
  • « Le temps où nous chantions » de Richard Powers
  • « Les luminaires » d’Eleanor Catton

A la rentrée les Lectrices iront donc au rayon luminaires du magasin de bricolage (et la Scribe aurait bien besoin de vacances à écrire de telles choses …).

les-luminaires

Enfin, les Lectrices ont parlé de leurs coups de cœur / griffe :

  • Sandy : coup de cœur avec « Marche ou crève » de Stephen King;
  • Marjolaine : coups de cœur pour « Mille petits riens » de Jodi Picoult, « Sirius » de Stéphane Servant et la série « L’anneau de Claddagh » de Béatrice Nicodème;
  • Claire : « L’archipel du chien » de Philippe Claudel, pas forcément un coup de cœur mais une lecture qui lui a plu, et « Le cherche bonheur » de Michael Zadoorian;
  • Sara : deux coups de cœur avec « La note américaine » de David Grann et « Ceux qui restent » d’Alex Xöul et Joseph Busquet;
  • Gwenaëlle : coups de cœur pour la série « Sauveur et fils » de Marie-Aude Murail et « King Kong théorie » de Virginie Despentes, conseil cinéma pour un film social et dur : « En guerre » de Stéphane Brizé, et sur un registre pas forcément plus joyeux « Everybody knows » d’Asghar Farhadi.

Les Lectrices vous souhaitent un bel été sous le soleil, la détente, le plaisir, et forcément, la lecture !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :