1 commentaire

Propositions de lectures communes : le retour

Rappel :  la date du prochain rendez-vous est décalée au dimanche 25 septembre.
Voici les nouvelles propositions.

  • « Le garçon qui voulait dormir » de Aharon Appelfeld (proposition de Sandra : 296 pages, édition de l’Olivier)

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, Erwin, 17 ans, est enrôlé par un émissaire de l’Agence juive pour vivre une nouvelle vie dans l’Etat d’Israël naissant. Le pays cherche son indépendance et le jeune pionnier, devenu Aharon, est affecté à des missions militaires. Blessé, il subit opération sur opération.


Résumé de l’éditeur : ( Belfond)

(…) Lui, Dexter, issu d’un milieu aisé, séduisant, sûr de lui, insouciant. Elle, Emma, d’origine modeste, charmante qui s’ignore, bourrée de complexes, de principes et de convictions. Nous sommes le 15 juillet 1988. Margaret Thatcher est au pouvoir, la new wave bat son plein, Dexter et Emma viennent de passer une nuit ensemble. Ces deux-là ne le savent pas encore mais ils ont vécu un coup de foudre. D’année en année, Dexter et Emma vont se chercher, se perdre, s’aimer, se détester, se séparer, et finir par comprendre qu’ils ne sont jamais aussi heureux que lorsqu’ils sont ensemble. Nous sommes le 15 juillet 2004. Tony Blair est Premier ministre, Robbie Williams cartonne et la vie, la vie qui va, réserve encore bien des surprises…


  • Le Libraire de Kaboul, d’Asne Seierstad (proposition de Sophie : 346 pages)

Résumé de l’éditeur :
Asne Seierstad a vécu le printemps qui suivit la défaite des taliban chez Sultan Khan, libraire à Kaboul. Elle nous fait partager, dans ce récit très vivant et toujours respectueux, la vie quotidienne des épouses, enfants, frères et sueurs d’une famille où chaque destin est riche d’émotion et dont le chef incontestable est Sultan, l’amoureux des livres.

(…)


  •  L’analphabète d’Agota Kristof ( Ilse – Il s’agit d’une autobiographie – de 57 pages ! )

Onze chapitres pour onze moments de sa vie, de la petite fille qui dévore les livres en Hongrie à l’écriture des premiers romans en français. L’enfance heureuse, la pauvreté après la guerre, les années de solitude en internat, la mort de Staline, la langue maternelle et les langues ennemies que sont l’allemand et le russe, la fuite en Autriche et l’arrivée à Lausanne, avec son bébé. Ces histoires ne sont pas tristes, mais cocasses. Phrases courtes, mot juste, lucidité carrée. humour, le monde d’Agota Kristof est bien là, dans son récit de vie comme dans ses romans.

  • Brooklyn de Colm Toibin (proposition de Delphine, 313 pages, ed Laffont

 Dans les années 50, à Enniscorthy en Irlande, Eilis Lacey vit avec sa mère veuve et sa sœur aînée, Rose, qu’elle admire beaucoup. Ses frères, poussés par le chômage, sont partis travailler en Angleterre. Par l’intermédiaire de sa sœur, un prêtre originaire de cette petite ville irlandaise propose de trouver un travail aux Etats-Unis, à Brookyn pour Eilis. Bien que pleine d’hésitation et d’appréhension, Eilis embarque pour les Etats-Unis, où l’attendent une chambre dans une pension de famille et un travail de vendeuse. »

  • Le bûcher des vanités de Tom Wolfe ( proposition de George, 919 pages)

Sherman McCoy mène une vie luxueuse entre Wall Street, dont il est l’un des jeunes lions, et Park Avenue. Un soir, revenant de l’aéroport avec sa maîtresse, il rate la sortie de l’autoroute, et se perd dans le Bronx. Au moment où il croit enfin échapper à ce quartier de tous les dangers, deux jeunes noirs s’avancent, menaçants, vers sa Mercedes… Le couple parvient à s’enfuir, mais écrase l’un des deux hommes. Pour Sherman McCoy, c’est le début de la chute. Sa vie affective et professionnelle est pulvérisée, et l’univers …

  • Propositions de Violette : Zoya Pirzad : Le Goût âpre des kakis  (220 pages)

Un bassin, des massifs de roses et un plaqueminier donnent de quoi s’occuper au jardinier d’une vieille dame qui, depuis la mort de son mari, se sent très seule et en danger dans sa grande maison au coeur de la ville. Les fleurs donnent des fruits, les kakis doivent mûrir et elle ne se prive pas d’en offrir, notamment à son locataire. Des liens subtils se tissent entre eux, que vient troubler l’apparition d’une fiancée. Aux côtés des jeunes gens, la vieille dame revit ainsi une dernière fois les joies enfuies de sa propre vie de couple…

  • ou bien C’est moi qui éteins les lumières.
 To be continued ... A vous !
Publicités

À propos de Claire (legenoudeclaire)

Présente sur le web depuis une bonne dizaine d'années. "Geekette", selon certains. Blogueuse, c'est certain ! Lectrice compulsive (de blogs, de livres, de paquets de céréales...) depuis que je sais lire ! Cinéphile, et critique de ciné au sens où François Truffaut l'entendait. Sinophile (et non «cynophile »!). Ex-expatriée en Ecosse, et en Chine, car piquée par le virus des voyages. J'aime apprendre quelques mots de chaque pays visité (normal quand on a fait des études de langues ! )

Un commentaire sur “Propositions de lectures communes : le retour

  1. Un autre résumé de  » Un jour » ( qui va sortir au cinéma dans une version US) « A Londres et à Edimbourg, dans le Yorkshire, en Inde, en Italie, en Grèce, à Paris, de 1988 à 2007, la relation, entre amitié et amour, entre Emma, d’origine modeste et bourrée de complexes, de principes et de convictions, et Dexter, issu d’un milieu aisé, séduisant et insouciant… Pendant une vingtaine d’années, ils mènent des vies séparées, mais tout les ramène l’un à l’autre. « 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :